La direction d’orchestre

Direction d’orchestre : quelle est la technique ?

Le chef d’orchestre tient sa baguette dans la main droite pour guider l’orchestre.

Les temps

Entre autres règles, il faut noter que le premier temps de la mesure est toujours battu vers le bas. Quant au dernier, il est battu vers le haut. Les deux autres temps sont « battus » à gauche et à droite.

Ce qui précède relève de la norme, des classiques. Il y a aussi la partie artistique de ce métier. En effet, les chefs d’orchestre font des gestes qui relèvent souvent de l’artistique et non de la seule mécanique musicale.

Faire émerger cette fibre intime du chef d’orchestre permet de transmettre et d’attribuer une couleur, une teinte à la musique qui est dirigée. Les différents instrumentistes peuvent ainsi percevoir des aspects qui n’auraient pas pu être visibles si l’on avait simplement dirigé. Il s’agit de : l’ampleur, la texture, voire parfois la rudesse à donner aux notes pour cadrer avec l’esprit de l’œuvre.

Main gauche, main droite et d’autres parties du corps

Celle de gauche restitue tout l’aspect expressif. En la regardant, les musiciens comprennent les nuances, les points d’entrée et de sortie principaux. Quant à la main droite : elle est plus souvent occupée par la restitution des mesures.

Il apparaît que le chef d’orchestre doit apprendre à mouvoir ses deux mains de façon quasiment indépendante, car les deux ne donnent pas le même message. Les gestes du chef d’orchestre ne se limitent pas aux bras. Souvent en regardant un chef d’orchestre battre la mesure, vous constaterez que son corps tout entier devient un canal par lequel passe la musique. Son corps, vit et ressent chaque note.

Certains se hissent sur la pointe de leurs pieds quand l’orchestre doit jouer plus fort. D’autres, remuent du menton quand les notes doivent s’adoucir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *